D'une promesse à l'enfer

4. Prologue

Je ne suis qu’une épave au bas de la pente. Mais je suis consciente, toujours ; ça n’allait pas être si facile. Demain, tout continuera, hein ? C’est tout simple, en fait ; le diable n’a pas besoin de force pour me ployer. Il suffit que j’existe pour subir l’enfer, et ma punition. Mais de quoi me puni-t-on, si je n’ai pas eu le choix des vices qui infléchirent dramatiquement ma route, de l’affreux beau vers lequel l’âme impérieuse qui est la mienne me tire pour résonner stupidement avec ? Je l’ai déjà dit, si j’avais pu corriger tout cela, je l’aurais fait mille fois. C’est injuste ; belle injustice.

Maintenant, m’enrichirait-on d’une force qui me rende capable de m’opposer aux vices comme aux commandements de mon âme, je pêcherais encore et encore, par colère contre toi, pour m’avoir infligé ces malheureux paramètres au départ : Je te punirais en te forçant à regarder ton échec, dut-il m’en coûter mon âme. Mais tu le sais, tout cela, non ? Ha ! Oui, c’est toi, là-haut, qui te puni en te rendant obligé de voir ça, hein ? C’est parce que tu as ainsi configuré mon action, et qu’elle était nécessaire a quelque projet ; qu’en même temps tu savais le mal que tu me faisais, que tu te punis. Ha ! Ha ! Pauvre fou masochiste.

« Wha ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha ! Ha !!!! »

Cette carcasse démembrée que j’étais devenue ria comme une démente...

... Puis elle pleura.

« Huu, buhuuuu... A l’aide... Huuu... »

page précédente



pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14