Le ventre de Marie

8. Extrait du journal d’Esseur, entrée 287

« Un grincement métallique provenait du fond du bus. Comme je craignais qu’il s’agit du moteur, je fini par me lever pour aller en faire le constat. Je découvrais Marie, qui s’était procurée je-ne-sais-comment un morceau de ferraille dont un des angles était aiguisé, avec lequel elle gravait dans les parois métalliques du bus d’obscures figures...

"Qu’est-ce que c’est... ? Demandais-je à Marie. Elle me dévisagea un instant comme si la réponse était évidente, et continua.

Elle me fascine.

Je crois que c’est une station qu’il y a, au loin.

Je vais essayer de m’y isoler un petit moment avec Marie.

page précédentepage suivante



pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21