Les choses du bois de Longin

Le feu de la cheminée ayant faiblit et la bougie qui éclairait sur la table au milieu de la pièce ayant été éteinte, la petite pouvait désormais voir beaucoup mieux au dehors d’au travers la vitre. La lune, même vigoureuse et pleine, était impuissante à nuancer le bleu des plus sombres de ce ciel méchant qui donnait l’air de tenter de la manger toute entière. Les ombres de la clairière demeuraient noires comme le charbon, sans reflets, sans une seule nuance la plus légère, et si deux ombres se rencontraient elles se fondaient tout à fait l’une dans l’autre. Et les choses déambulaient toujours doucement, comme les notes défilantes d’une berceuse. L’imperceptible flip de l’endormissement passa, et l’enfant s’endormit en boule sur son coffre capitonné, trop petit pour la contenir toute étendue.

page précédentepage suivante



pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23