Les choses du bois de Longin

4.

Personne.

La panique, sombre, lui grimpa le long des jambes, atteint la taille, puis le torse, et lui enserra vite tout le corps dans une étreinte de feu et de glace ; se gonflant de la peur suée par la fillette elle se dressa haut par-dessus celle-ci comme une queue de scorpion greffée ; quoi que l’une qui menacerait celui-là même à qui elle devrait servir de défense. Et, toute mue de cruauté derrière la nuque de la jeune enfant, lui saisit la tête par deux grosses pattes enténébrées et pressa, maintenant un poids et une pression qui, au hasard des soubresauts musculaires de l’incarnée panique, déséquilibraient la fillette, faillirent la renverser plusieurs fois alors qu’elle allait vérifier à nouveau la chambre de sa mère, et à nouveau celle de son frère, et tandis qu’elle piétina, allant fouiller en des endroits où il était improbable qu’on les trouvât – impossible !, pour un esprit moins brouillé que celui de la fillette par sa sombre affliction : dans le coffre de bois si petit qu’elle-même rentrerait juste ; dans le placard au dessus du plan de cuisine auquel les enfants même ne sauraient se suspendre sans l’arracher du mur, si ce n’était en emportant le mur avec eux.

Ce sont eux, perdus dehors ? Non  ! Ils ouvriraient. Et de fait, il n’y avait jamais eu le moindre verrou à cette porte.

Toc,

                                   Toc,

                                                                                  Toc...

La panique de la fillette la recouvrait maintenant entièrement, comme un châle noir bientôt prêt à se refermer tout contre son visage, séré, séré !, à l’en étouffer à mort. Elle devait agir ; n’importe quoi ; elle allait essayer toutes les solutions qui lui venaient en tête dans l’ordre où elle viendrait. Elle paierait le prix pourvu que tout puisse revenir à la normale. Non, peu importait même, pourvu que la situation change, pourvu qu’elle ne souffre plus de cette manière pourvu qu’un changement dans son état psychique, n’importe lequel, opère ! Toc, toc.

Alors, elle – non, son corps ! – ouvrit la porte.

page précédentepage suivante



pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23