L'art de la société capitaliste, le mépris de soi

II.

15.

Les points suivant traiteront des spécificités des productions dites « indépendantes » et de leurs devenirs artistiques.

16.

L’indépendant qui sera ici traité sera l’individu agissant soi-disant en indépendant. Le groupe agissant en indépendant et déterminant un art n’existe pas, à commencer pour les raisons développées en partie I., dans les points 4. à 7. Inclus.

17.

Le label « indépendant » suggère une matérialisation d’un objet en dehors du cadre ordinaire (celui du circuit marchand), vise à caractériser la subversivité d’une œuvre et donc sa nouveauté, son originalité, souvent : mettre en exergue la personnalité d’un auteur, et, d’une manière trompeuse et pour ces raisons, l’idée qu’il y aurait d’introduit une valeur artistique ajoutée.

18.

L’indépendance est l’absence de sujétion. Ce terme, « indépendance », est aberrant. Il n’est comparable, dans l’ampleur de son relativisme, qu’au terme « liberté ». L’on est toujours sujet, sinon des autres, sinon de ses émotions, sinon de la nature, sinon de la morale, sinon des divers conditionnements psychologiques ou sociologiques ; aussi, le terme « indépendance » ne peut être employé, pour être rigoureux, qu’en rapport à un référent.

19.

Cette omission du référent dans le langage courant sert le système capitaliste qui substitue les référents associé d’une production à une autre. Dès lors, toute production peut être labélée « indépendante ».

20.

Le référent tacite, par rapport auquel une production du domaine vidéoludique est normalement dite « indépendante » est le circuit commercial, soit : le système de l’offre et de la demande. Ce circuit est, synthétiquement, le suivant : un groupe produit un jeu sous le nom d’une entreprise ; le jeu est intégré à une structure qui s’occupe du marketing et de sa distribution ; les consommateurs achètent le produit.

21.

Parmi les dits « indépendants » intégré d’une manière ou d’une autre au système marchand, chacune de leurs créations est arrivée sur la scène par le parcours suivant : un individu a produit un jeu ; ce jeu a été intégré à une ou plusieurs structures qui lui ont permis de s’occuper du marketing et de la distribution ; les consommateurs ont achetés le produit. L’indépendance d’une production marchande par rapport au circuit commercial, et au système marchand par extension, est une hypocrisie.

page précédentepage suivante



pages : 1 2 3 4 5 6